top of page

Analyse de marché : Stagnation des cours depuis près d'un mois

Lettre de marché des céréales conventionnelles du vendredi 19 avril 2024



🌾 Analyse de marché des céréales (Blé, Orge et Maïs)


Le mois de mars et ce début d'avril marquent enfin la stabilisation des prix sur le marché du blé. Actuellement, on observe principalement une disparité significative entre les prix de la campagne précédente et ceux de la nouvelle, avec un écart de l'ordre de 15 à 20 €/t selon les régions. Cette dynamique incite actuellement les opérateurs et les producteurs à envisager des reports de stock.

 

Le marché de la campagne précédente reste très chargé, et les expéditions à l'export semblent ralentir, ne parvenant pas à combler le retard des prix en début de campagne. On constate notamment un déclin des chargements vers la Chine, qui étaient actifs depuis 4 mois.

 

Depuis plusieurs semaines, le marché offre peu de nouveaux éléments. La période actuelle de ""wheather market"" dans l'hémisphère nord apporte très peu d'informations nouvelles. Les hypothèses sur les prévisions d'assolement et de rendement à la sortie de l'hiver se confirment au fur et à mesure que la saison avance. Les conditions de culture en France évoluent peu et restent dégradées, avec 64 % de bon à très bon.

 

L'assolement de blé tendre en France se confirme à 4,39 Mha, en recul de 7,7 % sur un an, atteignant ainsi un niveau similaire à celui de 2020. Le marché a déjà bien intégré cette information, et la Russie semble compenser cette baisse de production. Les premières projections de l'USDA pour 2024/25, attendues pour le 10 mai prochain, suscitent un vif intérêt.

 

À noter également, la production céréalière en Australie est attendue à 30,1 Mt de blé pour 2024-2025, soit une augmentation de 16 % sur un an selon la Commonwealth Bank of Australia.


🟢 FACTEURS HAUSSIERS


À long terme, la hausse des prix est principalement attendue en raison de la diminution des stocks mondiaux en fin de campagne. La consommation de blé (tendre et dur) progresse de 1 à 2 % par an et pourrait atteindre pour la première fois les 800 millions de tonnes dans le monde selon le dernier rapport de l'USDA. La production ne semble pas suivre à ce niveau, avec des assolements stabilisés et des rendements stagnants.

 

Du côté de la demande internationale, le GASC a acheté 2 bateaux ukrainiens pour 256 $/t C&F avec des chargements prévus pour mai 2024. Le prix de ce blé était supérieur à celui de la Russie, mais des problèmes de normes phytosanitaires et de certificats sont toujours en cours là-bas.

 

Le ministère de l'agriculture de l'Ukraine estime à 19 millions de tonnes la récolte de blé pour 2024, à mettre en perspective par rapport aux 33 millions de tonnes récoltées avant le début de la guerre. La situation en Ukraine, avec les attaques contre ses infrastructures énergétiques, continue de préoccuper les marchés, mais les exportations de céréales se poursuivent pour l'instant.

🔻FACTEUR BAISSIERS


Sur l'ancienne campagne, il convient de surveiller la faible demande des industriels, des usines et des acheteurs.

 

Le maïs regagne de l'intérêt, notamment en raison de la rétention de certains opérateurs. Les prix bas ont entraîné un fort ralentissement des ventes de grains, mettant ainsi la pression sur certains acheteurs, notamment pour les exportations vers les pays limitrophes comme l'Espagne et le Nord de la Communauté. La Bretagne est bien pourvue en maïs localement et offrira peu d'opportunités à court terme.

 

À court terme, le bilan en blé reste très chargé. La Chine a chargé plus de 2 millions de tonnes de décembre à mars, mais ces chargements ont diminué en avril, avec seulement 69 000 tonnes chargées à ce jour pour cette destination.

 

Hier, selon Crop Progress aux USA, les semis de blé de printemps continuent de progresser plus rapidement que l'année dernière, avec 7 % de la récolte semée au 14 avril. Ce chiffre est en avance de 4 % sur les semis de la semaine dernière et de 5 % par rapport à la même période de l'année dernière. Pour les conditions bonnes / très bonnes pour les blés d'hiver, il y a eu une diminution d'1 % d'une semaine à l'autre, mais cela reste dans les attentes.



🌻 Analyse de marché oléagineux (Colza et Tournesol)


Les cours de la graine de colza sur Euronext et le marché physique français ont reculé entre les séances du 15 et du 16 avril, suivant la baisse du soja à Chicago, de l'huile de palme à Kuala Lumpur et du canola canadien à Winnipeg.

 

Le prix du tournesol n'a pas évolué non plus et reste autour de 395 à 405 €/t rendu. Une prime d'été peut cependant permettre d'optimiser les prix, de l'ordre de 10 à 15 €/t en fonction des positions.


🟢 FACTEURS HAUSSIERS


L'un des principaux facteurs haussiers en colza est la diminution de l'assolement en France. La surface française a été révisée légèrement à la baisse par Agreste entre février et avril 2024, passant de 1,336 Mha à 1,328 Mha. De même en Allemagne, avec une prévision de recul de 7 %.



🔻FACTEUR BAISSIERS


Il convient de surveiller l'affaiblissement du marché du soja à Chicago lié aux bonnes conditions actuelles de semis aux États-Unis.


Damien, Acheteur céréales conventionnelles chez Delivagri





Comentarios


bottom of page